L'importance de la Communication Positive

Dernière mise à jour : 2 avr.



Il y a ceux qui ont grandi dans un cocon aimant et puis il y a les autres… Il y a ceux qui ont grandi en étant encouragé chaque jour, dans chaque épreuve de la vie et puis il y a les autres… Il y a ceux qui se sont senti en sécurité dans leur enfance et puis il y a les autres… Moi, je faisais partie de cette autre catégorie, la catégorie de ceux qui galèrent car ils manquent cruellement d’outils pour transformer leur vie ! J’ai fait partie des «autres», j’ai été punie parce que je m’étais trompée, j’ai été punie parce que je n’avais pas compris, j’ai été punie parce que je n’étais pas l’enfant surdoué qui pouvait sortir ma famille du milieu « d’ouvrier » comme mon père aimait à me le rappeler. J’ai croulé sous le poids des attentes que l’on mettait sur mes épaules, je me suis noyée sous le poids des croyances limitantes, j’essayais de donner le meilleur et on ne voyait que ce que je ratais encore et encore, me persuadant toute seule au fil des années que j’étais « bonne à nib » (une expression récurrente dans la bouche de mon père). Il m’a fallu 35 années pour me rendre compte que je m’épuisais à courir après la perfection afin de rendre fier mes proches (et plus particulièrement mon père, cet homme qui m’aimait si mal) alors que j’étais simplement moi, parfaitement imparfaite…



Pourquoi le message est confus?


Depuis l’enfance, on attire notre attention sur tout ce qu’il ne faut surtout pas faire. Ne pas toucher car c’est fragile, ne pas déranger les autres, ne pas pleurer… A l’école, nous étions tous logés à la même enseigne, sur une dictée de 500 mots, s’il y avait 5 fautes, celles-ci étaient soulignées en rouge, et en prime, 5 points de moins sur la note. Mais qui prenait le temps de vous féliciter pour les 495 mots écrits correctement? Qui prenait le temps de voir et d’apprécier les progrès fait sur cette dictée ? En toute honnêteté, très peu de personne ont remarqué les efforts et ont préféré montrer leur déception du travail final qui aurait été tellement mieux s’il avait été parfait …

Aujourd’hui, je vais vous révéler un secret, une chose dont nul ne parle, il existe un moyen de vous faire comprendre, en utilisant la bonne formulation. Pour cela, vous devez tout d’abord accepter que votre Inconscient ne perçoit pas la négation, il ne la comprend pas. Un exemple que vous connaissez tous, le fameux panneau « Ne pas toucher peinture fraîche » ! Ne faites pas comme si vous ne l’aviez jamais fait, on a tous mis le doigt pour vérifier que la peinture était vraiment fraîche ! On touche cette peinture simplement parce que, notre Conscient lit et comprend très bien le fait de ne pas toucher à la peinture fraîche mais notre Inconscient, lui, il lit « Touche peinture fraîche » car je vous le rappelle, il ne comprend pas la négation, c’est-à-dire qu’il enlève le « ne … pas » ! Du coup, on met tous notre doigt et on se rend compte que, comme annoncé, on a bel et bien de la peinture sur le bout du doigt… Vous imaginez dans votre quotidien le nombre de fois où vous dites à l’autre « je ne veux pas… ; tu n’as pas fait ça… ; tu ne m’écoutes jamais de toute façon… » ? Pouvez-vous simplement imaginez la confusion qui s’installe dans votre esprit et dans celui de votre interlocuteur ?



La formulation positive, un entrainement psychologique quotidien ?


Comme un sportif, pratiquer la communication positive demande un entraînement et des efforts quotidiens jusqu’à ce que cela devienne automatique pour vous de formuler positivement vos pensées (et donc vos phrases). Prendre conscience de ce que l’on dit, de la façon dont on le formule est la première étape d’une communication saine. Et si, lors d’un échange avec une autre personne vous vous rendez compte que la formulation est négative, vous pouvez changer la tournure de votre phrase pour utiliser positivement vos mots.


Durant une période, j’ai été confronté, comme beaucoup de parents, aux nouvelles peurs de ma fille. Et, comme beaucoup de parents, il m’arrivait de perdre patience à lui répéter encore et toujours « N’aies pas peur ! ». C’était si compliqué de lui faire comprendre qu’elle ne risquait rien… et plus je lui répétais de ne pas avoir peur et plus son insécurité grandissait. C’était épuisant, pour elle, pour moi…


Avec cette nouvelle information, vous comprenez le message que je faisais passer à ma fille malgré moi ? Littéralement, j’invitais son Inconscient à « Avoir peur », souvenez-vous l’Inconscient ne comprend pas le « Ne…pas » ! De plus, si ma fille n’avait pas peur (ou si son émotion ne correspondait pas à de la peur), j’instillais progressivement ce sentiment en elle… Alors, forte de cette nouvelle connaissance, j’ai changé mes mots, j’ai choisi mes mots, plutôt que de lui dire ce que je ne voulais pas qu’il se passe, je lui ai expliqué ce qui était et ce que j’attendais d’elle.


Plutôt que « N’aies pas peur », je lui ai dit « Rassure toi, je suis là et tu es en sécurité». A cet instant précis, j’avais, grâce à trois phrases, trois simples phrases, réussi à former un cocon de sécurité autour d’elle. Son Inconscient ainsi que son Conscient étaient rassurés. Depuis ce jour là, tout d’abord, j’ai continué de choisir «Rassure-toi » plutôt que « Ne t’inquiète pas » avec toutes les personnes m’entourant. Et, depuis ce jour-là, ma fille a toujours trouvé les mots pour rassurer lorsqu’elle en avait besoin.


Comment communiquer de la meilleure façon ?


Si l’on revient sur notre panneau de peinture fraîche, la bonne formulation serait plutôt « Respectez le travail du peintre », ici, le message est clair, la formulation est positive, il y a une personne qui a travaillé et on respecte son travail car, soyons honnête, si j’étais à la place de ce peintre, je voudrais que l’on respecte mon travail, alors je respecte le sien.

L’adage nous rappelant de tourner sept fois notre langue dans notre bouche prend tout son sens ici. Réfléchir avant de parler, construire notre phrase positive avant de la prononcer semble être une étape incontournable. Et, pour vous aider, pourquoi ne pas commencer par écouter attentivement votre entourage, repérer les formulations négatives et les modifier.


Pour tous ceux qui ont leurs permis de conduire, souvenez vous de vos débuts, vous étiez conscients de ne pas avoir les compétences de façon innée, c’est votre pratique quotidienne qui vous a permis d’être compétent inconsciemment. Avec de la pratique, de la patience et de l’entrainement, il vous est maintenant possible de changer vos vitesses sans regarder votre compte-tours, vous savez, vous ressentez votre véhicule, les distances de freinage, le bruit inhabituel… A vos débuts en tant que jeune conducteur, vous n’auriez jamais pu identifier tout cela.



Prendre le temps de réfléchir, d’orienter consciemment ses mots demande, en premier lieu, de s’écouter soi-même. Pensez à demander ce que vous attendez, à aller vers plutôt que ce que vous ne voulez pas, ce que vous fuyez. Demandez le bonheur plutôt que de ne plus être malheureux, demandez de la sérénité plutôt que de ne plus vous énerver, demandez la paix plutôt que la fin de la guerre…


En allant encore plus loin, dites merci au lieu de pardon ! Et souvenez-vous que vous aussi vous méritez la douceur et l’amour que vous réservez à vos proches.




Séverine Cacheux

Praticienne en hypnose

Source: https://www.annuaire-hypnotherapie.com/l%E2%80%99importance-de-la-communication-positive

7 vues0 commentaire